Thom Browne Hommes AH 2016/2017

Le défilé de Thom Browne est toujours beaucoup plus qu’un simple show, c’est un véritable spectacle de la mode avec à la mise en scène parfaitement orchestrée. Lors de la dernière fashion-week masculine j’ai eu l’honneur de vivre cet expérience pour la première fois. Ce rêve qui ne m’avait jamais quitté durant des années de couverture des défilés de Paris ou Milan est enfin devenu réalité. Cette longue attente n’a pas été vaine.

Quel plaisir d’assister à cette représentation très originale des effets du temps à travers les yeux du créateur!

Le concept des souvenirs de Tom Browne le transporte avec 13 jeunes-hommes, 30 ans en arrière, au sein d’un club de gentlemen. Ce n’est pas tant un voyage physique qu’une projection métaphorique.

Chaque tenue apparaît comme triptyque: la première en lambeaux les chiffons; la deuxième à peine usée, et, finalement, la dernière parfaitement intacte et immaculée. Les looks présentent des variations sur le thème de la tenue masculine classique: costumes, pardessus militaires et manteaux en pièces de fourrure. Sur les têtes des gentlemen, des chapeaux s’inclinent étrangement pour venir couvrir le visage, et préserver l’anonymat des personnages. La couleur fétiche reste le gris.

Les modèles ont un air subtilement poussiéreux, les accessoires dorés servent de complément à la composition, et les gens eux-mêmes semblent sortir tout droit d’un tableau.

La création de cette collection a nécessité beaucoup de temps afin de donner aux objets la patine et l’esprit de l’ancien. L’usure volontaire et la présence des accrocs de tissus cachent un travail très complexe pour une allure surprenante et inhabituelle, néanmoins tout aussi attirante que le travail parfait d’autres créateurs.

Merci Thom Browne pour ce voyage dans le temps et cette invitation dans un univers mythique et envoutant.

Texte & photos Olesya Okuneva

Mots-clés

#Paris #PFW #Thom Browne